Brève du 13 octobre:

J'annonce la sortie officielle de la première rustine de la première version, "Tamago.fr v1.1" pour faire genre ce site n'est pas en carton. En parlant de carton, ce dernier est gracieusement prêté par David Lanham. Pour vous inscrire/vous désinscrire à/de la newsletter il suffit d'entrer votre adresse e-mail dans le champ prévu à cet effet. Vous serez alors automatiquement prévenu de tout nouveau billet posté sur le site.
Bonne semaine !

< Retour à la page de garde

Retards

19 octobre 2008   -   5 photos  -   3 commentaires

Carte explicative dans un bar/restaurant japonais. Disponible en Japonais, traduite ensuite en un Anglais incompréhensible, puis partir de cette dernière version traduite Français... Je vous laisse agrandir la photo et déchiffrer !

J'ai accumulé quelques retards ces derniers temps. ?a n'était pourtant pas faute de temps en semaine, puisque je me borne au minimum syndical pour mon stage actuel, mais par flemme le soir, et des fin de semaine plutôt (heureusement) chargées. "Plus on en fait, plus on en fait", dit toujours mon frère, et l'inverse est vrai. Le soir je suis fatigué de n'avoir rien fait de ma journée, alors j'ai envie de ne rien faire pour récupérer.

D'où, retards. Retard dans les billets de ce blog, j'ai plein d'idées puisque je commence être au Japon depuis assez longtemps maintenant pour avoir des choses pertinentes dire sur la façon de penser des Japonais. C'est en réalité ce que je crois, chaque jour je crois tenir un aspect général et simple de la culture japonaise, le lendemain je le perds. Bien sûr je ne cherche pas des vérités monolithiques vous asséner, et ce n'est pas quelques contre-exemples qui freineraient le processus, mais je n'ai pas envie d'enfoncer des portes ouvertes ni d'écrire n'importe quoi. Je cherche des aspects simples de cette culture vous présenter, et sans vous gâcher le plaisir de la surprise je vais peut-être faire ça sous forme de préférences ou attitudes relatives, de comparaisons.

Par exemple, l'exemple anecdotique du créneau. Certaines voitures ici sont dotées de caméras l'arrières très utiles lors d'un créneau, mais ça n'est pas le sujet. Si ce dispositif est absent, un Japonais se garant préfère en général ouvrir sa portière pour vérifier son créneau que de regarder dans le rétroviseur. Pourquoi donc ? Une des premières choses qu'on apprends en auto-école en France est justement de pouvoir tout contrôler de la place du chauffeur. Les Japonais conduisent gauche (beurk) mais plutôt bien, et de nombreuses rues dans les villes de banlieues ici sont très délicates aborder en voiture au vu de l'urbanisme déplorable du Japon. Donc, pourquoi ouvrir sa portière ? Est-ce un désir de faire vite et bien ? De l'angoisse et un manque de confiance ? Je ne sais pas trop, pour ce genre de réponses il faudrait être dans la tête des Japonais, et même en essayant très fort j'ai bien du mal réussir ça. Le but de cette observation est ailleurs: ce qui m'a le plus choqué en voyant cette attitude (vraiment, je vois ça très souvent) est de réaliser que ce qui me retiendrais en premier lieu de faire ça en cas de doute relève plus de l'amour-propre (sûrement mal placé) que d'autre chose. C'est pourtant je pense assez dangereux de placer le chauffeur dans une position inconfortable en faisant ça, même pour un temps aussi court et vitesse réduite. Sur ce point précis je ne pense pas que ce soit un problème d'extrapoler, ne tenant pas plus qu'un autre sauver la face en voiture, et encore moins faire mon kéké; admettons donc que les Français hésitent beaucoup plus ouvrir leur portière au moment de faire un créneau (je parle de manière générale, pas en cas de problème particulier lors du créneau) parce qu'ils sont plus préoccupés de leur image que les Japonais. En cherchant un peu on peut trouver beaucoup de situations, surtout pour les hommes, dans lesquelles un Japonais ose beaucoup plus qu'un Français. On sait pourtant les Japonais très attentifs leur image dans la société, et leur conception de l'honneur. Je rappelle qu'il y a encore régulièrement des suicides au Japon pour des histoires d'honneur: des prisonniers se suicident dans leur cellule en expliquant dans leur lettre d'adieux qu'ils ont pris la mesure de leur crime et donc se donnent la mort pour se racheter, des hommes politiques ou des sommités du monde sportives qui assument leurs échecs, etc. Les Français ont peut-être tout simplement une conception de l'honneur qui leur fait confondre honneur et réputation... Je pense quoi qu'il en soit que les Japonais sont très soucieux de montrer leur capacité au travail et leur moralité, mais que l'apparence physique ou des attitudes qu'on pourrait qualifier de "cools", voire de "classes" les travaillent moins que les Français. Voil pour une ébauche de comparaison; je n'ai pas dit "les Japonais n'ont pas peur de ressembler rien", j'ai dit... Autre chose, que je n'arrive pas résumer proprement. Je vais quand même essayer, mais pas maintenant.

Lever de soleil sur la plage d'Enoshima.

Autre retard: mon étude du Japonais ! Sur cinq semaines, soit 25 sessions d'étude, j'en compte 17 de faites... Et plus d'une pendant laquelle la grammaire a été laissée de côté. Motivation, motivation...

Par ailleurs c'est presque confirmé; partir du 27 je change de stage, je pars pour les bureaux de Marunouchi, en plein Tokyo, faire du benchmarking. Et ça, c'est bien. J'aurais donc si ça se confrime chaque jour minimum 2h de transports de plus, et l je travaillerais peut-être plus que le minimum syndical, mais c'est pour le mieux: je ferais quelque chose d'un peu formateur, je pourrais peut-être même être utile, et puis je verrais des Japonais qui n'auront pas (trop) peur des étrangers. Donc, je croise les doigts.

Photos du billet:

Commentaires sur ce billet:

1. Kershin:

Au sujet de la diff?rence de 'fiert?' (parfois mal plac?e) entre Fran?ais et Japonais, il faut savoir qu'un homme politique japonais qui pleure en direct devant les cam?ras n'est pas une chose extraordinaire chez nos amis nippons. C'est au contraire une preuve d'humanit? et cela permet au 'pleureur' de montrer sa bonne foi, dans le cas d'un repentir par exemple. Imaginez le patron d'une grande soci?t? annon?ant le licenciement d'un millier de salari?s. Il sera de bon ton au Japon que cela se fasse avec effusion de larmes. Imaginez donc le tableau en France! ^^ Bref, il y a beaucoup de comportements radicalement diff?rents entre le Japon et la France. Mais c'est ce qui fait ind?niablement la richesse des 2 car on y associe ? chaque fois des avantages et des inconv?nients! Je pense que la d?couverte de la culture japonaise est le travail d'une vie. Dans tout les cas ce qui est g?nial pendant un s?jour d'int?gration (travail et vie avec des Japonais) l? -bas, c'est qu'on apprend tout les jours, ? chaque instant! Profite-bien des prochains mois! Gambatte bayo ^^

2. Louis-Marie:

Absolument ! J'ai vu pas mal de Japonais (hommes politiques, entra?neurs, directeurs d'entreprises) pleurer ? la t?l?vision, et je ne m'en lasse pas... Pas (seulement) par sadisme, mais parce que j'ai du mal ? m'imaginer ce qui leur passe par la t?te. Pour un Fran?ais ?a parait tellement sur-fait et sur-jou? que j'ai du mal ? sentir ne serait-ce qu'un brin d'empathie.
Je ne sais pas trop ce qu'en pense les Japonais, j'ai l'impression que pour eux cela fait partie d'une amende honorable...

3. :

Poster un commentaire:

Auteur:

Commentaire:

< Retour à la page de garde