Art de vivre

1er août 2008 photos 3 commentaires

Hum, y a bon la banane enrobée de sucre rose aromatisé à la fraise...

Petite sortie sur Tokyo pour assister à un festival de Jazz. Il s'est trouvé par hasard que le nom du festival était « French Jazz Quarter », et que les paroles de certains morceaux étaient en français. Plutôt agréable de boire une bière en écoutant du Jazz dans une rue de Tokyo, alors qu??il fait dans les 30 degrés et qu'il pleut (ambiance tropicale en ce moment). Comme dirait l??autre, c??est un art de vivre.

Dans l'après-midi j'ai aussi pu subir la pluie torrentielle avec des amis par un bon 27 degrés, et dans la soirée un festival de samba... C'était sympa finalement, les Japonais sont assez rigolos à voir quand ils se lâchent dans ce genre d'occasions.

Par ailleurs et en vrac: cette semaine j'ai utilisé ma cash card (les cartes bleues, credit cards, sont très peu utilisées ici et beaucoup de magasins n??ont même pas de quoi les lire). Donc j'ai trouvé un distributeur (ATM, Automated teller machine) de billets pour voir la couleur de mon premier salaire. Les ATM japonais sont un peu curieux. Longtemps inopérants le week-end et le soir à partir de 20 heures environ (la machine se repose ?), ils sont maintenant disponibles 24h sur 24 sous l'influence de la concurrence et de la première banque au Japon qui a libéré ses ATM. Mais vous payez un surcoût si vous retirez votre argent tard le soir ou le week-end... Le distributeur de la Yokohama Bank que j'ai utilisé n'avait que des menus en kanjis japonais, bonjour la galère. Après quelques essais au hasard et mon code tapé deux fois s??est affiché un message que je comprenais à peu près...qui m??annonçait qu??il ne me restait qu??un essai avant de me faire avaler ma carte. C??est là que l??ergonomie est importante, je ne sais pas si c??est universel ou inspiré des interfaces occidentales mais le bouton ??arrête tout et rends-moi ma carte?? était bien situé en bas, dans un coin, avec une couleur plus chaude que les 7 ou 8 autres boutons. Heureusement les Japonais sont gentils et j??ai pu me faire aider, mais c??est quand même curieux pour une banque de ne rien proposer en anglais.

En vrac, deuxième; au boulot mon manager et moi avons trouvé ce qui clochait avec cette saleté de Romanizer (si,si, souvenez-vous, c??est le programme que mon manager est en train de développer et sur lequel j??aide à la transcription des mots français dans le syllabaire des katakanas japonais). Et bien cela n??est finalement pas dû au vocabulaire ESSEC que j??avais entré en masse juste avant que les capacités d??apprentissage du programme ne stagnent puis ne régressent ...Ce en quoi il aurait pu avoir le même problème que le préparationnaire moyen entrant en école, les symptômes sont entre autres une soudaine imperméabilité à tout nouveau savoir et une perte importante de vocabulaire. Dans notre cas l??ensemble des mots prononcés convergerait vers {déglingue, nobode, chope, pichet, ça part} et quelques mots indispensables à tout vie étudiante plus ou moins saine (pâtes, faim, soif, dodo, cours...). Donc ça n??était pas ça, la machine sur ce coup là a été meilleure que l??Homme et a tranquillement rangé et scindé ces nouveaux mots pour améliorer son français... Enfin en même temps, scindé ca donne dé(??) gu(?) ra(?) n(?) gue(?) et c??est pas très enthousiasmant*. Non, le problème était dans le processus de scission des mots, on est en train de régler ça. Je m??y remets après ce billet, qui d??ailleurs est fini.

*Et en binaire (base 2), comme vu par la machine, ca nous donne très exactement 01100100 01100101 01100111 01101100 01101001 01101110 01100111 01110101 01100101. C'est aussi 64 65 67 6C 69 6E 67 75 65 en base 16... Oui, je sais, je n??ai rien de mieux à faire, alors je mets à profit mes cours de maths de lycée pour rédiger de longs billets. La quantité justifie les moyens.

POSTER