Du Bellay

12 septembre 2008 photos 8 commentaires

Déjeuner à la Japonaise avec les collègues.

Dernier jour chez IBM. C'était vraiment sympa, j'aimais bien l'ambiance. Déjeuner dans une salle traditionnelle avec l'équipe; dans les bâtiments du laboratoire il y a  une pièce dédiée, pour les clients importants ou les occasions festives comme celle-ci.

Parfois c'était fatiguant bien sûr; petits exemples de mes craquages sur mon petit ordinateur dans le grand open-space...

Liste de mots à décomposer en phonèmes, mots que vous imaginez bien choisis:


Ceci est une tranche de PHP (qui marche) écrite sous l'effet la fatigue nerveuse et du manque de gâteaux (comment ça, blague de geek ?):

        $pudding = file_get_contents($workFile);
        $lines = explode("\n",$pudding);
        $morceaux = explode("\n",$pudding);
        foreach($morceaux as $morceau)
        {
          $petitsMorceaux = explode("\t",$morceau);
          [  .   .   . ]
          $morceau = implode($petitsMorceauxEcrases,"\t");
          $morceaux[] = $morceau;
         }
        $pudding = implode($morceaux);

J'ai beaucoup travaillé mon français, histoire de réviser mes classiques en éduquant mon petit programme. Donc je lui ai fait ingurgiter une bonne partie des fables d'Esope et de Lafontaine. Exemples:

J'ai aussi dû expliquer à mon équipe (et implémenter ça dans le code de la bête) le gestion des syllabes en Français; "Heureux qui comme Ulysse" de ce bon vieux du Bellay m'y a bien aidé: tout en alexandrins bien carrés c'est plus facile pour entraîner le logiciel. Parce que je lui dois bien ça, et parce que c'est un très beau poème:

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine.


Joachim du Bellay

POSTER