Choc culturel

21 septembre 2008 photos 5 commentaires

Pas de photo pour ce billet, donc je mets un kanji. Très commun, ce kanji peut signifier soleil, journée, et est utilisé dans le mot dimanche (nichi-yôbi).
Comme tous les jours de la semaine au Japon, le nom nichiyôbi est inspiré de la nomenclature occidentale (sun-day, Sonn-tag,etc.).

Je me suis confortablement installé dans mon nouveau dormitory. Logement fourni par Hitachi, 130 hommes célibataires y résident et travaillent au laboratoire de Kokubunji. Je suis très chanceux; Hitachi a construit ce logement lors de la bulle financière des années 90 qui lui a beaucoup profité ( bulle de la "nouvelle économie"). Il est donc très confortable par rapport aux autres dormitories japonais: j'ai une chambre d'une dizaine de mètres carrés, un mini réfrigérateur, un lavabo et une douche personnelle. Tout sent le neuf et le bois, et je peux profiter d'une bibliothèque, une salle de TV, une salle de sports et même un grand bain ouvert au résidents, type sentô. J'aurai même internet dans environ une semaine. Là encore coup de chance: les fournisseurs d'accès à internet se battent en ce moment pour capturer les clients du coin, et pour ça ils offrent à tout-va des mois gratuits, sans engagement ultérieur. Je vais donc avoir internet pour 3 mois, sans engagement, et quasiment gratuitement.

Pour le logement donc, c'est la vie de château. Pour le boulot c'est une autre paire de manches. J'essaie de régler ça avec les ressources humaines, mais j'ai été placé dans un service de micro-électronique; mes collègue m'ont passé des bouquins de physique/électronique, et je dois me débrouiller pour être utile. Forcément c'est impossible, ce sont des Ph.D. et je n'ai pas fait de physique depuis la terminale, sans parler de mes problèmes personnels avec les mathématiques. Mes collègue sont les ingénieurs japonais les plus "ingénieurs japonais" du Japon. J'étais venu de France il y a bientôt 3 mois avec beaucoup de clichés en tête sur les Japonais et leur manière de travailler et de communiquer. J'avais été agréablement surpris chez IBM puisqu'on m'avait décrit les Japonais en général difficile d'accès... Et bien je crois que j'ai trouvé des "vrais Japonais" chez Hitachi! Je suis le premier stagiaire et le premier étranger dans mon service et mes collègues ne savent pas comment me gérer. Ils sont très sympathiques, mais la communication est très difficile. Par exemple pour me parler d'une réunion/sortie entre collègues je les entends discuter entre eux pendant un bon quart d'heure, désigner quelqu'un pour enfin venir m'en parler. Et les autres de m'observer avec curiosité tandis que j'essaie de comprendre ce qu'on peut bien vouloir de moi.

Enfin, après tout je suis là pour ce choc culturel, mais j'ai été très surpris de le ressentir après 3 mois passés sur place ! Je serai peut-être muté le mois prochain, en attendant je vais faire de mon mieux en alignant des 0 et des 1.

Par ailleurs ce week-end j'ai passé une nuit chez des amis à Kamakura, au sud de Tokyo et au bord de la mer. Réveil ce matin vers 7h10 par un petit tremblement de terre, sympa. Imaginez vous dans un lit (j'étais par terre sur tatami, mais c'est pour l'image), et un comique s'amusant à secouer le lit de toutes ses forces. Sauf que là vous n'avez pas l'impression que la lampe au-dessus de votre tête bouge, elle bouge vraiment...

Avec mon hôte nous avons pu faire une petite balade de quelques heures en vélo dans le coin de Kamakura / Enoshima...sous la pluie diluvienne, la faute aux typhons qui n'arrêtent pas en ce moment. Dans la région de Tokyo nous ne subissons heureusement que la pluie. Un peu marre d'être trempé tout le temps, contre ce genre de pluie les parapluies ne servent à rien.

Pas moyen de louer un DVD au retour; le magasin demande un numéro de téléphone. Comprends pas. J'ai un passeport, une ??人???? gaikokujin card, littéralement une carte d'étranger, ie de résidence, et une adresse valide. Pourquoi un numéro de téléphone ? J'en ai un, mais mon portable était déchargé et je connais pas bien mon numéro. N'importe quel clampin peut avoir un numéro de téléphone au Japon, donc pourquoi ? Avoir une carte de résidence et une adresse n'est par contre pas donné à tout le monde...

Même topo au pressing dans lequel je viens rechercher mes chemises, mais là le coup du  pauvre étranger qui ne comprend pas a marché... En sortant m'est venu une pensée terrible, une des plus paniquantes que je connaissent... Ma clé ? Hein ? ?? doko ? Où ? La fille du magasin de DVD avait raison de ne pas croire en mes garanties, je suis SDF. J'ai dû la laisser chez mes amis, elle est peut-être tombée lorsqu'on a mis les affaires détrempées à sécher. Après une recherche approfondie je conclus que ma clé est bel et bien perdue.

Solution 1: M'introduire chez moi par la fenêtre. Avec la pluie battante et l'étage, mieux vaut ne pas essayer. Et puis j'ai consciencieusement fermé cette fenêtre à clé avant de sortir.

Solution 2: revenir chez les mes amis les Yamazaki. Mais mon portable ne fonctionne pas, pas moyen de les prévenir que je reviens, et ça fait plus de 4h aller-retour avec mes chemises, mes courses, etc.

Solution 3: Le gardien... En vacances le dimanche. Je sonne quand même, de dépit. Et là, miracle, l'épouse du gardien est là, un dimanche soir ! Dieu bénisse les Japonais, j'ai pu avoir une clé de rechange.

Home sweet home ! J'ai pu refaire sécher mes savates et mes habits, le typhon n'ayant pas cessé là-bas au sud. Ma chambre va encore sentir le détrempé, cette pluie commence à être agaçante...

POSTER


Warning: opendir(../Japon/cho/miniatures) [function.opendir]: failed to open dir: No such file or directory in /mnt/136/sda/5/5/kakt/admin/index.php5 on line 104

Warning: readdir(): no Directory resource supplied in /mnt/136/sda/5/5/kakt/admin/index.php5 on line 105